TAG_Facebook_Pixel
Choisis un thème!

La science des tours de cartes!

24 mai 2016 - Annie Labrecque

Un magicien sort son jeu de cartes et te demande de choisir une carte dans ta tête. Que choisiras-tu ? Un as de pique ? Une dame de coeur ? Si c’est le cas, tu es comme la majorité des gens ! Selon des scientifiques de l’Université de Colombie Britannique, on retient plus facilement ces cartes ainsi que le 3, 6 ou 7. On aurait des cartes « chouchou »! Et les moins populaires ? Il s’agit des 9 de trèfle et de pique !

Mais les magiciens ont plus d’un tour dans leur sac pour réussir leurs tours de magie. Ils sont capables d’influencer ton choix. Par exemple, en montrant une carte un petit peu plus longtemps que les autres, tu es plus susceptible de choisir cette carte. Un étudiant de l’Université McGill (à Montréal) l’a testé. En montrant plus longuement un 10 de coeur, sur 118 participants, 98 % ont choisi cette carte !

Vidéo de l’étudiant de l’Université McGill :

 

Une autre vidéo d’un magicien maniant bien les tours de cartes !


Ce n’est pas un tour de magie, mais il sait admirablement bien manipuler les cartes :

 

Apprends pourquoi ton cerveau est trompé par la magie

Quand tes yeux captent des images, ils les envoient au cerveau. Celui-ci les analyse et c’est là que tu reconnais les couleurs, les formes et les mouvements. Le cerveau travaille très vite et utilise beaucoup d’énergie, car il reçoit des images sans arrêt!

Pour économiser de l’énergie et du temps, le cerveau analyse en détail seulement une petite partie de ce qu’il voit.

Il faut environ un dixième de seconde à ton cerveau pour recevoir une image et l’analyser. Tout ce que tu vois est donc en retard d’une fraction de seconde sur la réalité. Le plus souvent, tu ne t’en rends même pas compte. Mais quand tu dois faire quelque chose très vite, un dixième de seconde, c’est beaucoup !

Ton cerveau est adapté à ce délai. Il anticipe ce qui s’en vient, comme celui de Simon, dans le dessin ci-contre.

magie_simon560

 

magie_simon2_560

magie_eblouir

 

Illustrations : Jacques Goldstyn