Choisis un thème!

Un télescope lunaire québécois?

24 juin 2007 - Raphaëlle Derome

Des scientifiques québécois ont trouvé le matériau idéal pour fabriquer, un jour, un télescope sur la Lune.

Pourquoi installer un télescope sur la Lune? Pour mieux voir les étoiles!

Sur la Lune, la lumière des étoiles ne serait pas filtrée et déformée par l’atmosphère terrestre. Et comme il n’y a pas de villes et de lampadaires sur la Lune, il n’y a pas de pollution lumineuse non plus!

Le télescope Hubble, qui se balade en orbite autour de la Terre, n’a pas ces problèmes, c’est vrai. Mais un télescope lunaire serait au moins 1 000 fois plus sensible qu’Hubble! De quoi apercevoir de nouvelles étoiles, qui brillent très faiblement.

Un miroir liquide
Comme tous les télescopes, ce télescope lunaire serait équipé d’un grand miroir courbé, qui capte et concentre la lumière. Mais au lieu d’être en verre poli (un matériau cassant et très cher), le miroir du télescope lunaire serait fait d’un liquide réfléchissant.

Placé dans un récipient qui tourne, le liquide s’étale en une mince pellicule parfaitement lisse, légèrement courbée. Les scientifiques ont déjà fabriqué plusieurs miroirs liquides, dont le plus grand mesure 6 mètres de diamètre.

Leur défi, c’était trouver un liquide capable de résister aux conditions lunaires et de fonctionner à une température de -143 degrés Celsius!

«L’observatoire sera installé au pôle Sud de la Lune, dans un cratère qui n’est jamais exposé au Soleil, souligne Ermanno Borra, professeur à l’Université Laval. Alors il fallait trouver des liquides réfléchissants qui demeurent liquides à des températures très froides et qui ne s’évaporent pas.»

C’est maintenant chose faite… ou presque. Le liquide utilisé actuellement résiste jusqu’à ?98 degrés Celsius. «Nous avons utilisé un liquide commercial pour nos tests, signale le professeur Borra. Comme il en existe des millions de produits chimiques dans la même famille, nous croyons pouvoir en trouver un qui restera liquide même à des températures très basses.»

Plus pratique
«Au lieu de transporter un miroir de verre lourd, dispendieux et complexe, dont l’installation exigera de pénibles ajustements, on pourra apporter le liquide dans des bouteilles, le récipient en pièces détachées et assembler le tout sur la Lune.»

Mais avant d’en arriver là, il faudra d’abord… renvoyer des humains sur la Lune!

Photos: Université Laval