Choisis un thème!

Le père Noël : jusqu’à quel âge y croire ?

15 décembre 2021 - Annie Labrecque

Rédiger une lettre au père Noël, le rencontrer en « vrai » dans un centre commercial, lui laisser des biscuits au pied du sapin la veille de Noël…Beaucoup de parents entretiennent ces mythes chez leurs enfants. Puis un jour, la vérité nous rattrape.

Un monde imaginaire

Selon Geneviève Marcotte, psychologue clinicienne, on est ici loin d’un réel mensonge. « Les enfants adhèrent à ces croyances. En tant que parents, on leur permet de vivre cette magie avec la famille et les amis. Cela fait partie de l’enfance d’avoir un monde imaginaire et féérique », dit-elle. Cependant, il faut garder en tête que cette fantaisie doit un jour se terminer.

« Quand l’enfant commence à ne plus y croire, ou qu’il remet en question l’existence du père Noël, il est important de lui donner la bonne information », souligne la Dre Marcotte. Bref, si notre jeune émet des doutes, on doit répondre honnêtement à ses questionnements, sans faire perdurer le mythe. « Dans le cas contraire, on risque de déclencher de la frustration chez lui », ajoute-t-elle.

Lorsque le moment de la révélation a sonné, on peut expliquer à son enfant que ce« mensonge » permettait de perpétuer la tradition des Fêtes. « On lui démontre que cela part d’un sentiment de bienveillance. Ce n’est pas dans le but de mentir. Au contraire ! », assure la psychologue.

Le secret des grands

À quel âge devrait-on révéler la vraie nature du père Noël ?Cela dépend du développement de l’enfant. La psychologue considère toutefois qu’il faut mettre les choses au clair si un jeune de 6e année du primaire y croit encore. « On doit le protéger socialement pour empêcher les moqueries de ses camarades de classe », recommande-t-elle.

Si on fait perdurer le mythe du père Noël chez l’aîné, le reste de la fratrie (cadet, benjamin) découvre habituellement la vérité plus tôt en âge. Pour éviter d’ébruiter le secret, Geneviève Marcotte conseille aux parents d’inclure l’aîné dans la magie des Fêtes. Par exemple, en lui demandant de participer à la préparation des mauvais coups des lutins dans la maison.

Et la fée des dents ?

Les enfants sont également susceptibles de croire à l’existence de la fée des dents. « Cependant, certains en ont peur. Ils n’aiment pas l’idée que quelqu’un puisse venir dans leur chambre pendant qu’ils sont endormis », indique Dre Marcotte. Encore là, les parents doivent exercer leur bon jugement et donner l’heure juste quand c’est nécessaire.

La magie, bien dosée, laissera de bons souvenirs d’enfance à nos petits !

 

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis: