Choisis un thème!

Alex Harvey : à fond les skis!

8 janvier 2018 - Samuel Larochelle

À l’approche des Jeux olympiques, le magazine Sport Débrouillards s’est entretenu avec Alex Harvey, un grand athlète d’ici.

« Je veux monter sur le podium à PyeongChang. Ce serait la première médaille olympique masculine canadienne en ski de fond. »

Comment as-tu commencé le ski de fond ?

Mes parents étaient passionnés par ce sport. Mon père Pierre a d’ailleurs participé deux fois aux Olympiques en ski de fond, et deux fois en cyclisme. J’ai débuté le ski de fond à trois ans. Ensuite, comme j’ai grandi près du mont Saint-Anne, je skiais sur la piste derrière la maison. Et dans ma ville, Saint- Férréol-les-Neiges, la famille, nos voisins et nos amis sont presque tous des
skieurs. C’est un mode de vie.

T’entraînais-tu beaucoup ?

Au secondaire, je participais à un programme sport-études. Je passais mes fins de semaine au centre de ski. Et je skiais presque tous les soirs, après mes devoirs. Je ne comptais pas mes heures.

Étais-tu déjà parmi les meilleurs ?

J’étais bon, mais pas le meilleur. Ma poussée de croissance a été lente à l’adolescence, alors j’étais toujours le plus petit dans ma catégorie d’âge. Je n’ai jamais gagné de médaille aux Jeux du Québec. Je finissais 6e ou 7e.

Quand as-tu commencé à rêver aux Olympiques ?

À 16 ans, quand je me suis qualifié pour les Mondiaux juniors, en Finlande. C’était la première fois que mon sport m’amenait en Europe. J’ai fini 44e, mais j’ai eu la piqûre ! J’ai alors décidé de m’investir à temps plein dans le ski de fond pour tenter de percer.

Quelle est ta plus grande force ? Et que dois-tu améliorer ?

Je tire des leçons de chaque entraînement et de chaque compétition. Je m’organise bien pour atteindre mes objectifs. Par contre, je suis un peu négatif  et je ne suis jamais assez content de ce que je fais. On me dit souvent que je dois travailler ça.

Qui sont tes idoles ?

À dix ans, c’était Guido Visser, un skieur de fond qui a participé aux Olympiques de Nagano, au Japon, en 1998. Il était mon héros ! Aujourd’hui, j’admire Roger Federer et Usain Bolt : ils sont restés au sommet de leur sport pendant plus de dix ans.

Aujourd’hui, à quoi ressemblent tes entraînements ?

L’été, je fais du ski sur roulettes, de la course à pieds, du Pilates, de la randonnée en montagne et des étirements. L’hiver, il y a 36 épreuves de Coupe du monde, alors je participe à deux compétitions par fin de semaine. Ça me tient très occupé. Du lundi au vendredi, je m’entraîne environ trois heures par jour pour garder la forme. Je fais du ski, de la course et de la musculation.

De quelle performance es-tu le plus fier ?

De mon titre de champion du monde remporté l’an dernier au 50 km, l’épreuve reine. C’est comme un marathon en ski de fond. Mais, au plan émotif, c’est la Coupe du monde remportée sur les Plaines d’Abraham à Québec, en 2017. Le Canada accueille très peu de compétitions internationales en ski de fond. Je me trouvais vraiment chanceux de gagner chez moi.

Es-tu plus confiant depuis ?

Oui. Aux Mondiaux, le 50 km est la dernière de six épreuves. Je ne m’étais pas beaucoup concentré sur elle. Quand je l’ai gagnée, j’ai pris conscience de mes capacités pour plus d’une épreuve. C’est bon de se le rappeler avant les Olympiques. Si je manque mon coup dans une épreuve, je sais que je peux performer à la suivante.

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis:

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Une réponse à “Alex Harvey : à fond les skis!”

  1. Chelsea dit:

    Je trouve que vous faites des super magasines et c’est impressionnant de pouvoir poser des questions à des gens auxquels on ne peut pas parler dans la vie de tous les jours.👍💕👏😍😘🏃‍♂️🏃‍♀️🌎🤼‍♀️🏋️‍♂️🏊‍♂️🌅💗💝😎😇