Choisis un thème!

C’est la semaine de relâche ? Relâchez !

17 février 2021 - Annie Labrecque

Éloigner le stress pendant la semaine de relâche, ce n’est pas compliqué. Ça peut même être drôle ! Voici cinq conseils pour relâcher en famille.

À go, on bouge !

« Certains jeunes commencent la semaine de relâche avec déjà un certain niveau de stress », avance Marie-France Marin, professeure en psychologie à l’Université du Québec à Montréal et chercheuse associée au Centre d’études sur le stress humain. L’exercice est alors un très bon antistress.

Peu importe l’activité physique, on profite des quelques jours de congé pour bouger. Balades à l’extérieur, patin, batailles de balles de neige, fabrication d’un bonhomme ou de sculptures de neige… La température n’est pas clémente ? Lancez la musique et dansez. Ou faites une séance d’exercices.

Bienvenus, les fous rires !

Une autre façon d’évacuer le stress ? La professeure en psychologie suggère une activité toute simple : inviter le rire à plusieurs reprises dans son quotidien.

Par exemple, en regardant une bonne comédie en famille, collés, collés. À moins d’opter pour une petite séance de chatouilles ? De cette façon, on change « l’humeur » du cerveau, on le fait focaliser sur autre chose que le stress. « Par le rire, on essaie de convaincre le cerveau qu’on ne se trouve pas dans une situation menaçante, que notre vie n’est pas en danger », explique madame Marin.

En effet, le stress est à l’origine une réaction du corps face à une menace. Par exemple, une situation où notre vie est en danger (un ours qui nous pourchasse). Ou encore, une situation nouvelle ou imprévisible (nouvel emploi, parler devant un groupe…).

Inspire, expire…

On néglige parfois cette manœuvre toute simple pour évacuer le stress : une ou plusieurs bonnes respirations profondes. La chercheuse la nomme la « respiration bedaine », où l’on inspire et expire tranquillement. Et ne vous gênez pas pour répéter l’exercice plusieurs fois par jour !

Voir le bon côté des choses

Vous avez l’habitude de voyager ou de visiter la famille et les amis pendant la relâche scolaire ? Ne ressassez pas ces pensées. « C’est inutile de se répéter à quel point on aurait été bien sur une plage de Punta Cana s’il n’y avait pas eu la pandémie. Essayons plutôt de voir le bon côté des choses. Cette année, la relâche sera différente, mais on aura beaucoup de plaisir malgré tout », suggère la professeure en psychologie.

Marie-France Marin vous invite même à mettre vos lunettes roses de temps à autre. Cela aide le cerveau à diminuer le stress. Alors, offrez-vous un congé de pensées négatives, évacuez ce méchant virus de vos discussions et vivez l’instant présent. Vous n’en serez que plus heureux, et votre enfant aussi ! « C’est bon d’inciter nos jeunes à nommer un moment de leur journée où ils sont heureux ou reconnaissants », ajoute-t-elle.

Passer du temps ensemble

Profitez de la semaine de relâche pour demander à votre enfant ce qui lui ferait plaisir. « On lui donne ainsi une impression de contrôle et on organise des activités plaisantes, comme choisir un repas et le cuisiner tous ensemble. L’idée, c’est d’avoir cette forme de soutien social, qui est une arme redoutable contre le stress », dit Marie-France Marin.

 

Pour discuter de stress avec votre enfant , cliquer ici .

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis: