Choisis un thème!

Achdé : celui qui dessine Lucky Luke

23 octobre 2019 - Charles Prémont

Achdé (prononcer : H-D), c’est lui qui dessine les nouvelles bandes dessinées de Lucky Luke depuis la mort de son phénoménal créateur, Morris. Un défi de taille qu’il relève avec beaucoup de plaisir. Portrait.

« Je fais les albums que j’aimerais lire », indique Achdé. Lucky Luke a bercé son enfance et c’est important pour lui de conserver le caractère unique de ce cow-boy qui tire plus vite que son ombre.

Comme souvent dans ce genre d’histoire, c’est un peu le hasard qui a fait d’Achdé l’héritier de Morris. Un ami à lui travaillait sur un album hommage pour le célèbre bédéiste et lui a offert d’y participer. « J’ai alors demandé si je pouvais dessiner Lucky Luke », se souvient-il.

Morris accepte. Lorsqu’il voit l’oeuvre d’Achdé, il l’aime tellement qu’il lui propose de reprendre la série de bandes dessinées de Rantanplan. Malheureusement, peu de temps après, Morris meurt subitement. « Je pensais que tout était terminé », avoue-t-il.

Mais non ! Il reçoit un appel : Morris voulait que Lucky Luke lui survive et c’est à Achdé qu’on demande d’assurer la relève. « Honnêtement, j’avais peur, dit-il. C’est une chose de dessiner Rantanplan, c’en est une autre de s’attaquer à Lucky Luke. J’ai demandé de faire un essai. »

Morris et Lucky Luke.

Étudier le maître

Un des problèmes qu’a rencontrés Achdé, c’est de savoir quel Lucky Luke il allait reproduire. Aujourd’hui, Lucky Luke a plus de 70 ans ! Au fil du temps, il a beaucoup changé. Morris avait beaucoup évolué comme dessinateur.

Il a choisi le Lucky Luke qu’il préférait, celui des années 1960. « C’est un style équilibré, une belle synthèse entre le dessin semi-réaliste et la caricature », explique-t-il.

Il a étudié aussi le cadrage des cases de Morris qui étaient inspirées par les westerns américains. Comme le créateur de Lucky Luke, c’est lui qui fait le cadrage et le découpage de tous ses albums. Le scénariste peut bien lui proposer des idées, mais il se garde le dernier mot. Tu imagines bien qu’il devait être très nerveux lors de la publication de son album-essai, intitulé Le cuisinier français. Or, le succès est au rendez-vous, ce qui lui donne la confiance nécessaire pour continuer. Depuis, Achdé a dessiné huit nouveaux albums de Lucky Luke.

Une grande responsabilité

Pour Achdé, Lucky Luke est un personnage important dans l’histoire de la bande dessinée.

« C’est comme Astérix, ce sont des héros patrimoniaux », dit-il. C’est pour ça qu’il prête une grande attention à ne pas trop le transformer, même si c’est parfois nécessaire. « On y va étape par étape, explique-t-il. Il faut bien connaître l’histoire de Morris. »

Par exemple, en travaillant avec le scénariste Jul, qui a signé les deux derniers albums, ils ont décidé de lui donner une personnalité un peu plus humaine, d’en  faire quelqu’un qui a ses doutes et qui est occasionnellement malade.

« Dans Un cow-boy à Paris, Lucky Luke a le mal de mer, indique Achdé. Quand on y pense, c’est justifié : c’est quelqu’un qui est toujours sur la terre ferme, toujours sur son cheval. » Qu’il soit indisposé lors de la traversée de l’Atlantique procure un moment cocasse tout en demeurant réaliste.

Né en 1923, Maurice de Bevere, alias Morris, crée Lucky Luke en 1946 pour l’almanach de Spirou. Il partira peu après aux États-Unis. Il y demeurera quelques années pour s’imprégner du style américain. C’est là qu’il rencontre Goscinny qui deviendra son scénariste à partir de 1955. Ensuite, il se dévouera au développement de Luck y Luke jusqu’à sa mort à Bruxelles en 2001. Il avait 77 ans.

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis: