Choisis un thème!
Espace publicitaire

L’apparence, ça compte pour toi ?

20 août 2021 - Raphaëlle Derome

Devant ton miroir, comment te trouves-tu ? Aimes-tu ton apparence ?

La beauté, c’est diversifié ! C’est quoi, la beauté ? Ça change selon le pays, l’époque et la mode ! De plus, les caractéristiques du corps humain sont très variables, comme la taille, la grosseur, la couleur de la peau ou la forme des yeux. Alors pourquoi, dans les films, les séries, et les publicités, voit-on souvent un seul modèle de beauté ?

Des Retouches partout !

Avec les filtres ou les applications, tout le monde peut retoucher ses photos. Même les filtres rigolos modifient parfois notre visage pour lui donner la beauté « idéale ».

« À force de voir ces images, on croit que tout le monde doit ressembler à ça ! », dit Karah Stanworth-Belleville, cheffe de projets chez ÉquiLibre.

Trop de Pression sur l’apparence !

« Quand il y a trop d’écart entre notre apparence réelle et l’image à laquelle on veut ressembler, on peut devenir insatisfait de notre corps. On sent qu’on n’est pas assez beau, pas assez belle, et on a l’impression que notre corps doit changer », dit Stéphanie Léonard.

Mais ton corps n’est pas qu’une image. C’est surtout une machine formidable qui te permet de faire plein de choses… peu importe à quoi il ressemble !

Sans compter que l’on contrôle peu notre apparence. Bien sûr, tu peux choisir des vêtements ou une coiffure qui te font te sentir bien. Mais la longueur du nez et la quantité de poils, ça vient de ton ADN.

Trop d’importance à l’apparence !

Notre société est obsédée par l’apparence. Tellement que certains croient que pour être aimé ou heureux, il faut avoir un corps « parfait ». Erreur ! « Nos qualités et nos forces nous définissent bien mieux que notre apparence », dit Karah Stanworth-Belleville. Après tout, aimes-tu ton meilleur ami pour son nez « parfait » ou pour sa gentillesse, son humour, son intelligence et vos goûts communs ?

Préjugés cruels

Les personnes grosses souffrent souvent de préjugés et de discrimination. Ce phénomène se nomme grossophobie : « Juste en les regardant, on présume qu’elles mangent trop et mal, ou qu’elles sont paresseuses, alors qu’on n’en sait rien ! », souligne Karah Stanworth-Belleville.

En fait, le poids et la silhouette d’une personne dépendent en grande partie de sa génétique. Et même si une personne a de mauvaises habitudes de vie, ça ne donne pas le droit d’être méchant avec elle.

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis: