Choisis un thème!
Espace publicitaire

Urgence! Dans les coulisses du 911

29 janvier 2024 - Bruno Lamolet

Pour sauver des vies, les paramédics comptent sur un équipement spécialisé et des communications ultrarapides. On t’emmène dans les coulisses de leur métier.

Julie Gaulin, superviseure chez Urgences-santé. PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

911. Quelle est l’urgence? En deux ou trois questions rapides, l’opérateur du 911 sait si l’urgence requiert les policiers, les pompiers ou les paramédics. Les paramédics prodiguent les soins d’urgence et conduisent les victimes à l’hôpital.

L’opérateur note tout sur son ordinateur à la vitesse de l’éclair. Quand il s’agit d’un accident et qu’il y a des blessés, l’appel est transféré au service d’ambulances Urgences-santé.

Les répartiteurs reçoivent toutes les informations et cherchent une ambulance.  Sur leur écran, une carte de la ville montre où elles sont situées. Ils alertent la mieux placée pour intervenir.

Les secours s’en viennent

À bord de l’ambulance contactée, l’écran de l’ordinateur clignote et le tableau de bord émet une alerte sonore. Le paramédic au volant confirme au répartiteur qu’ils partent aussitôt. Il déclenche les gyrophares et démarre vers le lieu de l’accident.

PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

Pendant le trajet, les paramédics reçoivent de l’information sur les blessés et l’accident. Ils peuvent ainsi anticiper la façon d’intervenir et les besoins en équipement d’urgence.

Sur les chapeaux de roue

L’ambulance quitte le lieu de l’accident avec le blessé à bord. Elle se dirige vers l’hôpital indiqué par le répartiteur. Pendant qu’un paramédic conduit, à l’arrière, son coéquipier traite la victime. Il communique aussi avec l’urgence de l’hôpital. Ainsi, l’équipe médicale est informée à l’avance de l’état du blessé.

La civière sur roues rétractables est stabilisée sur un rail qui permet de la descendre et de la monter sans effort. PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

Après avoir déposé la victime à l’urgence, les paramédics remettent l’ambulance et leur équipement en ordre. Ils sont prêts pour une autre intervention.

L’ambulance aux rayons X

Une ambulance, c’est une petite salle d’urgence, mobile. Julie Gaulin, superviseure chez Urgences-santé nous la fait visiter.

PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

L’équipement est rangé dans des compartiments accessibles de l’extérieur et de l’intérieur du véhicule. «Sur le site d’une urgence, les paramédics interviennent toujours avec au moins trois équipements de survie, explique Julie. Une trousse d’instruments pour aider à la respiration, comme des masques respiratoires, une bonbonne d’oxygène et un moniteur cardiaque, aussi capable de stimuler le coeur en cas d’arrêt.»

PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

Si la situation l’exige, les paramédics apporteront aussi une trousse trauma, par exemple, pour stopper une hémorragie. Ou bien une trousse de médicaments. Ou même une trousse d’accouchement!

Le matelas coquille sert à immobiliser la victime au complet, lors d’une fracture du bassin par exemple. Une fois gonflé, le matelas est placé sous la personne et on relève les bords de chaque côté. Puis on aspire l’air du matelas. Celui-ci devient alors une coquille rigide qui enveloppe la victime. PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

Gilet pare-balles des paramédics tactiques. Ils interviennent lors des situations dangereuses, comme une prise d’otage par un individu armé. PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

Parée pour une nouvelle mission

Après leur période de travail, les paramédics ramènent l’ambulance au garage du centre opérationnel d’Urgences-santé. Là, une petite armée de préposés prépare le véhicule pour la prochaine intervention. Pour cela, il faut effectuer plusieurs opérations.

PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

1. Remplacer les équipements utilisés, comme des couvertures.

2. Nettoyer l’intérieur de l’ambulance.

3. Récupérer les trousses et les équipements rechargeables qui ont servi lors des interventions.

4. Placer des trousses complètes et des appareils chargés. Une préposée scanne les équipements pour s’assurer qu’ils sont tous à bord de l’ambulance et prêts à être utilisés.

5. Dans une salle adjacente, on recharge les équipements électriques et on remplit les trousses. Par exemple, on ajoute des bandages dans la trousse trauma.

Une fois l’ambulance prête, elle est stationnée dans le garage. Le véhicule peut maintenant accueillir la prochaine équipe! PHOTO : JOE ALVOEIRO/FOTOGRAFIKA.CA

 

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis: