Choisis un thème!

PEUT-ON PARTAGER DES SOUVENIRS ?

21 décembre 2020 - Léa Cossette Brillant et Natalie M. Fletcher

Illustrations : Yohann Morin

As-tu déjà remarqué la phrase « Je me souviens » sur les plaques d’immatriculation ? Bien qu’elle soit embossée sur toutes les voitures québécoises, gravée sur la façade du Parlement et brodée sur les écussons du 22e régiment des Forces armées canadiennes, elle n’a pas de signification officielle précise.

Selon toi, de quoi faut-il se souvenir ? De nos plus grands exploits ou de nos plus horribles dégâts ? Des moments de grande joie ou de terrible tristesse ? Est-ce qu’il y a des choses dont il faut absolument se souvenir… et d’autres qu’il serait préférable d’oublier ? Peut-on choisir ce dont on se souvient et ce qu’on oublie ?

Peut-on imaginer les souvenirs des autres ?

Un même souvenir peut-il être différent pour deux personnes ?

Peut-on avoir une mémoire collective ?

 

Mais comment peut-on se souvenir de quelque chose qu’on n’a jamais
vécu ? Est-ce même possible de partager un souvenir ? Ce qu’on choisit de raconter dans les livres d’histoire peut-il en quelque sorte changer le passé… et le présent ? Et toi, serais-tu la même personne si tu avais des souvenirs différents ?

Donne-nous tes commentaires au bas de la page. Nous te répondrons!

Avec la collaboration de l’Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse du Département de philosophie de l’Université de Montréal.

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis:

11 réponses à “PEUT-ON PARTAGER DES SOUVENIRS ?”

    • emma dit:

      La majorité non, parce qu’un secret, c’est secret.

  1. Frédérique dit:

    Pour le slogan « Je me souviens », je crois qu’il faut se rappeler des souvenirs du Québec même si on ne les a pas vécus, en les transmettant de génération en génération.

  2. Éléonore dit:

    Selon moi, c’est impossible de se souvenir de quelque chose que l’on a pas vécu. On ne peut pas partager un souvenir, car tout le monde pense et imagine différemment; par contre, on peut toujours réfléchir de façon un peu similaire à la manière d’une autre personne. Je dirais qu’il est important de se souvenir de nos bêtises et nos dégâts, parce qu’on apprend toujours de nos erreurs. Si on changeait les souvenirs de quelqu’un, cette personne aurait probablement une personnalité et des habitudes différentes.

  3. Sacha dit:

    Je pense que oui, si la personne en question te ressemble mentalement (dans le sens des goûts en commun et des moments passés ensemble) et s’ils ont de la compassion pour l’autre.

  4. emma dit:

    Ça dépend de quoi et à qui.

  5. Une débrouillarde anonyme dit:

    Selon moi, on ne peut pas partager un souvenir quand on ne l’a pas vécu et si oui on ne peut pas le penser de la même manière que celui ou celle qui l’a vécu.

  6. Yasmine dit:

    Je pense qu’on peut très bien partager des souvenirs avec nos amies ou des gens de notre famille, mais pas avec des inconnus. Pour le slogan Je me souviens, je pense aussi que c’est important de raconter les souvenirs du Québec et de les transmettre.

  7. Ludivine Vanille dit:

    On peut partager des souvenirs, mais dépendamment de toi, tu peux en montrer certains et d’autres, non. Tu ne veux pas par exemple, avoir de mauvais ou de méchants commentaires sur ton souvenir. Tant mieux si tu en reçois de bons, mais tu peux aussi être déçu d’en avoir de mauvais. À propos du  »Je me souviens », je pense que chaque fois que je vois la plaque d’immatriculation du Québec, je dois penser à un souvenir différent.
    (En passant j’adore vos coins philo :!:)