Choisis un thème!
Espace publicitaire

Comment en finir avec les chicanes entre frères et soeurs ?

31 mars 2021 - Annie Labrecque

Si les chicanes entre frères et sœurs sont inévitables – et normales ! – il y a moyen d’instaurer un bon climat d’entente. Voici cinq conseils pour y parvenir.

D’entrée de jeu, il ne faut pas s’attendre à obtenir l’harmonie parfaite sous son toit. « L’entente entre frères et sœurs dépend des interventions des parents, mais aussi du tempérament de chaque enfant et des expériences de vie à l’extérieur de la maison », dit d’emblée la psychologue Nadia Gagnier, auteure d’une série de livres sur la vie de famille.

Des enfants proches en âge se chicanent-ils moins ? Pas nécessairement, répond Dre Nadia Gagnier. Ils peuvent être de formidables compagnons de jeu, mais aussi compétitionner pour l’attention des parents. Et se chamailler !

Conseil 1 : Se placer en médiateur

Une chicane fait rage ? « Jouez au médiateur et demandez à vos enfants de s’exprimer tour à tour sur la situation », suggère Dre Gagnier. Sans trancher, on les amène ensuite à trouver leur propre solution pour régler le conflit.

Conseil 2 : S’expliquer calmement

Le niveau de colère est trop élevé ? On sépare les enfants. Ou on retire l’objet ayant provoqué la chicane (tablette, jeu vidéo, etc.), le temps que le calme revienne. Puis on s’explique. « Souvent, la résolution d’un conflit aide à approfondir la relation, car on comprend mieux les attentes de l’autre », soutient la psychologue.

Conseil 3 : Éviter l’accumulation de frustrations

Les soupers en famille sont une occasion de s’exprimer et de relâcher les tensions. « C’est bon d’encourager les enfants à parler des choses qu’ils ont aimées dans leur journée. Mais aussi de celles qui les ont irrités », indique Dre Gagnier. On évite ainsi l’accumulation de frustrations.

Conseil 4 : Écrire pour prévenir

Pour favoriser le dialogue, on place sur le frigo une feuille avec des phrases à compléter. Par exemple : Quand il m’arrive telle chose, je me sens… Sur une deuxième feuille, chacun peut souligner les bons et mauvais coups de l’un des membres. Cela devient ensuite un ordre du jour pour le repas familial où l’on fait un bilan de la semaine. On règle ainsi les irritants avant qu’ils se transforment en gros conflits.

Conseil 5 : Prenez des notes !

Pour cerner les chicanes récurrentes, notez-les dans un journal de bord. « Ce sera plus facile ensuite d’identifier là où il y a un manque d’encadrement ou de règles », indique la psychologue. Un exercice à faire au moins une fois par année, car les enfants, leurs intérêts et leur façon de réagir changent avec le temps.

Même si les règles sont parfois frustrantes pour les enfants, elles ont un effet sécurisant, assure Dre Gagnier. Pourquoi ne pas mettre en place à la maison un code de vie inspiré de celui de l’école ?

Dre Nadia Gagnier conclut en rappelant que, comme parents, c’est impossible de tout contrôler. « Nos enfants naissent avec leur caractère. Mais c’est à nous d’établir des règles dans la maison, de favoriser la communication et d’instaurer le respect. »

 

 

 

Laisse-nous un message

dis-nous ce que tu en penses

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Ton adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont requis: